De nombreux baigneurs n’hésiteraient pas à troquer la tranquillité de la piscine contre une dose de sensation en plus en mer. Entre vents de terre, rochers et ressac, ce plan d’eau en réserve pourtant des dangers. Aventuriers de l’extrême, restez vigilants et retenez bien ces consignes de sécurité, pour retrouver les rivages en grande forme.

Vivre l’aventure en groupe

Cela peut sembler trivial, mais la présence à proximité d’un tiers peut intégralement changer la donne, si un incident devait se produire lors d’une sortie nage en mer. À défaut de réaliser les premiers gestes de sauvetage – ce que tout nageur qui se respecte devrait néanmoins pouvoir faire – il pourra, au moins, donner l’alerte. Mieux, réservez plutôt les virées en mer pour les jours où de nombreux fans de sensation comme vous sont partants pour relever ensemble le défi. Vous prendrez plus de plaisir à atteindre le niveau de progression ciblé, si vous avez l’assurance qu’en cas de pépin, quelqu’un vous tendra les bras. Sachez, par ailleurs, vous signaler dès que la moindre crampe s’annonce et en tout état de cause, portez les tenues adaptées pour vous faire rapidement repérer par les secouristes.

Respecter le code de la mer

Il y a une nette différence entre se dépenser à une activité à sensation et buter droit dans le panneau de danger. Vous êtes peut-être de ceux à qui aucun défi ne fait vraiment peur, mais ce n’est pas non plus un hasard si le législateur a prévu les différentes signalisations en mer. N’envisagez surtout pas de passer outre la délimitation de la zone de baignade. Déjà qu’atteindre cette bouée se révèle être, dans la pratique, un exercice vraiment épuisant. Ne vous surestimez surtout pas, même si vous vous considérez bon nageur. Préférez vous abstenir dès que le drapeau de baignade est jaune, même si cela suppose la présence de surveillants.

Évitez justement de vous adonner à l’activité sur une plage non quadrillée par les équipes de secours. Au pire, prenez le parti de nager le long du rivage et jamais vers le large. Rassemblez toutes les informations nécessaires sur le spot où vous souhaitez vous baigner. La présence de rochers, la propension du plan d’eau à créer des ressacs ou des vagues de bord, ainsi que l’influence des vents de terre – codifiés par les drapeaux blancs et noirs – constituent de réels aléas, pour tout niveau de nageur. Sur les sites courus par les véliplanchistes et les surfeurs, redoublez de vigilance, car une collision est vite arrivée.

Écouter son corps et adapter sa technique

À conditions différentes, approches différentes : adaptez votre technique de nage à l’élément que vous fréquentez. Soyez assuré de maîtriser les techniques de respiration en eau libre, avant de tenter la nage en mer. Ici, il est essentiel de garder le contrôle sur différents repères pour éviter de virer vers le large. Sortez régulièrement votre tête de l’eau pour vérifier où vous en êtes de la berge, respirez du côté où les vagues arrivent et nagez perpendiculairement à celles-ci.

En tout état de cause, faites un avec votre corps, n’allez pas à l’encontre des signaux qu’il vous envoie : fourmillement signalant un début de crampe, sensation de refroidissement ou de fatigue. Même si le cadre naturel est propice à toutes sortes de défi, pensez avant à votre sécurité et maintenez le rythme de nage qui vous met le plus à l’aise. Par ailleurs, portez les tenues adaptées selon les conditions locales : bouée et bonnet de bain voyants, combinaison pour éviter les chocs thermiques, etc. À ce propos, ne brusquez pas votre corps et mettez-le en condition avant de plonger, pour éviter les risques d’hydrocution, facteur courant de noyade.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *