Pour cet été, vous souhaitez vous mettre au ski nautique ? Même si de prime abord, la discipline semble aisée, en vérité, elle requiert beaucoup de techniques et surtout, le respect de plusieurs consignes de sécurité. Avant de vous lancer dans ce sport nautique à bonne dose de sensations fortes, découvrez alors ces différentes règles.

Le matériel nécessaire

Né sous l’impulsion de l’américain Ralph Samuelson et débarquant en France pour la première fois en 1920, le ski nautique a rapidement gagné une certaine cote de popularité grâce à l’adrénaline procurée. Le but est de tirer le pratiquant par bateau à l’aide d’une corde. Cette discipline requiert beaucoup de résistance ainsi que de la concentration. Au-delà, elle nécessite un matériel adapté à commencer par le bateau. Ce dernier doit avoir la puissance adaptée atteignant les 20-25 nœuds pour permettre de skier. L’idéal est d’utiliser un petit bateau surtout si vous débutez et que vous comptez skier sur une eau calme comme un lac. Avec les gros bateaux, les sillages sont plus marqués rendant complexes la glisse. On conseille surtout ces bateaux lourds à la carène en V sur une mer ouverte. Outre le bateau, vous devez également vous équiper de gilet de sauvetage, d’un palonnier non glissant, d’une corde de traction dont la longueur varie de 9,5 à 18 mètres et de skis bien évidemment. Si vous pesez entre 35 et 65 kg, ils devront avoir idéalement une longueur entre 160 et 165 cm. Si votre poids est plutôt entre 66 et 90 kg, des skis de 165 à 170 cm feront l’affaire. Ils seront de 175 cm au-delà de 90 kg. Pour les débutants, il existe des modèles dotés d’une demi-fixation à l’arrière qui offrent une meilleure stabilité.

Le pilotage

La réussite du ski nautique ne dépend pas seulement du pratiquant, mais du pilote du bateau. Au démarrage, ce dernier doit faire une poussée rapide pour permettre au skieur de sortir de l’eau. Il doit garder une vitesse constante, car les variations ou les à-coups peuvent faire perdre l’équilibre au skieur. Ladite vitesse dépendra du profil de ce dernier. Elle sera de 20 km/h pour les personnes de 23 kg, 25 km/h pour les 23 à 45 kg, 30 km/h pour les 45 à 68 kg et 35 km/h pour les 68 à 82 km/h. Il est nécessaire que le pilote s’éloigne autant que possible du rivage, du ponton et des divers obstacles pour éviter les accidents. Idem sur les eaux peu profondes. La trajectoire quant à elle devra toujours être rectiligne.

Dans le bateau, la présence d’une seconde personne qui surveillera le skieur est obligatoire. Cet observateur sera d’une grande aide, car il vérifiera également la présence d’autres bateaux circulant aux environs. Dès qu’une chute se produit, il faut d’abord arrêter le bateau et aller au ralenti vers le skieur. Une fois arrivée près de lui, stoppez net l’hélice et laissez le bateau flotter. C’est ensuite au pratiquant de nager jusqu’au bateau qui ne devra jamais manœuvrer à proximité de lui pour des raisons évidentes de sécurité.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *