La voile est un sport motivant, original et ludique qui permet d’apprécier les plaisirs de la mer. Ciel clair, voile gonflée par les vents, brise rafraîchissante qui capte le visage, bateau qui vogue sur l’eau… il n’y a pas à dire, plus qu’un sport, c’est un style de vie. Alors, pourquoi ne pas inciter vos enfants à s’y mettre ? Il existe aujourd’hui beaucoup d’écoles qui proposent des stages d’apprentissage dédiés aux plus petits. Suivez ce guide pour en apprendre un peu plus.

La voile : une activité adaptée à tous les âges

La voile est une technique de navigation utilisant le vent comme force propulsive. Pratiquée en loisir ou en compétition, cette activité est considérée comme un véritable art de vivre. Dans une embarcation, le voileux vogue sur l’eau en s’aidant de son support flottant. Une particularité de la voile est qu’elle est ouverte à tous, même aux enfants. La première règle requise est une bonne connaissance de la nage. Votre enfant ne pourra donc pas pratiquer s’il ne sait pas nager. En général, dès 6 ans, les écoles et autres centres nautiques accueillent les petites têtes blondes motivées à l’idée de s’initier à ce sport. Il existe aussi quelques centres proposant des stages « moussaillons » dès 5 ans, mais qui s’adressent surtout aux familles. Équipé de son gilet de sauvetage, l’enfant est d’abord familiarisé avec l’eau. Il faut s’assurer qu’il est à l’aise. Puis vient le test de l’équilibre. S’en suit ensuite l’apprentissage de la propulsion ainsi que de la direction. Il apprend les différentes manœuvres de base et de sécurité. Le moniteur l’initie aussi à la marche du voilier et à sa conduite. Bien entendu, l’enfant apprendra certaines notions essentielles en matière de terminologie. Ceci fait, il est prêt pour sa première aventure en mer.

L’Optimist : le voilier spécialement conçu pour les enfants

La pratique de la voile chez les enfants de 8 à 15 ans s’effectue à bord de l’Optimist. Ce petit voilier solitaire élaboré par l’américain Clark Mills en 1947 est utilisé par quasiment toutes les écoles nautiques. Il en existe près de 150 000 qui sillonnent les mers. Cette petite embarcation dispose d’un gréement en cat-boat. Il est pourvu d’un mât et d’une seule voile placée à l’avant. Une particularité qui distingue l’Optimist des autres dériveurs repose sur sa coque de forme rectangulaire. Elle est composée d’un fond plat et sa partie avant forme une sorte de petite pointe, comme tous les dériveurs. Cette coque a été élaborée pour offrir le maximum de stabilité. Le bateau est alors hautement sécuritaire et il n’y a pas à craindre qu’il se retourne. Même par vent fort, il assure d’excellentes conditions de sécurité. Côté matériau de fabrication, il en existe plusieurs. Vous trouverez des Optimist à base de polyéthylène, de résine polyester renforcée avec de la fibre de verre, de l’aluminium ou encore du bois. À part l’Optimist, il existe de nouveaux dériveurs qui arrivent sur le marché, mais qui ont encore du mal à concurrencer ce bateau historique. On entend de plus en plus parler de l’Open Bic, un voilier conçu par de jeunes marins eux-mêmes et lancé en 2006.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *