Le saut en parachute comblera les personnes qui recherchent dans le sport une occasion d’expérimenter de vraies sensations. Le saut inaugural devra, toutefois, être accompagné et voilà comment les choses vont se présenter.

Chute libre, saut en tandem, késako ?

Quand on commence à fréquenter l’univers du parachutisme, l’on sera très souvent amené à entendre ces 2 expressions. La chute libre fait plutôt référence à l’expérience que le « sautant » – autre jargon du milieu pour désigner celui qui saute – va vivre. C’est le cas, tout du moins, avant que le parachute soit déployé, car après l’ouverture du voile, les sensations fortes du saut dans le vide laissent place à une autre expérience. Tout aussi libératrice, la descente en douceur vers le sol procure cet incomparable sentiment de réalisation de soi, à travers l’acte de voler.

Le saut en tandem constitue, pour sa part, un moyen de réaliser une chute libre sans aucune expérience préalable puisque le sautant est accompagné. Le moniteur – un sauteur en parachute aguerri – vous prend littéralement sous son aile. Il se charge des aspects techniques de la manœuvre, la personne accompagnée pouvant alors se concentrer intégralement sur l’expérience. C’est dans cette logique que le saut en tandem est utilisé comme approche lors des baptêmes en parachutisme.

Comment cela se déroule en pratique ?

Le saut en tandem proprement dit se décompose en 2 phases précises, chacune donnant lieu à une émotion différente. Le premier moment, la chute libre constitue la partie la plus intense du saut. Elle fait suite au grand saut depuis la plateforme de l’avion stabilisé à 4 000 m d’altitude. À une vitesse d’environ 200km/h, le sautant aura droit à près de 50 secondes de décharge d’adrénaline, le temps que le moniteur déploie la voile du parachute. Dans cette seconde phase de descente en douceur, le sautant profite du paysage en toute sérénité. C’est surtout ici qu’il va intégrer les émotions de l’expérience de vol, le tout pendant environ 5 minutes. Éventuellement, cette descente peut être twistée de quelques virages que le sautant peut lui-même effectuer en suivant les consignes préalablement données par l’accompagnant.

Il faut, en effet, savoir que chaque saut de baptême accompagné est précédé d’un moment de briefing au sol. Le moniteur explique, à cette occasion, tout ce qu’il faut savoir sur le parachute, ses dispositifs de sécurité et son mode de fonctionnement. Il donne, à côté, les consignes sur la position que le baptisé doit adopter lors du saut et de la chute. L’embarquement fait suite à ce temps de formation et il faudra compter un quart d’heure à 20 minutes de vol pour atteindre l’altitude de largage de 3 000 à 4 000 m. En notant que les sauts ne peuvent être initiés que sous d’excellentes conditions de visibilité entre le point de largage et la drop zone.

Le saut en tandem, est-ce donné à tout le monde ?

Le saut en parachute, d’autant plus effectué en tandem, est un sport profitant d’un encadrement pointilleux et de ce fait, très sécurisé. Il s’adresse à toute personne, de 15 à 80 ans, aspirant à d’intenses sensations et qui ont le goût du risque, du dépassement de soi. Les dispositions de sécurité qui s’appliquent dans la discipline donnent lieu, cependant, à un certain nombre de pré-requis pour pouvoir pratiquer. Pour des raisons d’adaptation aux tailles de harnais disponibles, il faudra faire au moins 1,40 m sous la toise. Un poids minimum de 40 kg est généralement exigé, car certaines positions d’atterrissage et de chute requièrent un bon ratio taille/poids. En tandem, le poids maximum autorisé est de l’ordre de 95 kg, mais des dépassements peuvent être autorisés, selon le gabarit du moniteur. Les contre-indications du saut en tandem sont rares et ne concernent que quelques catégories. Il s’agit des personnes sous traitement médical ou ayant eu un récent accident, des adultes de plus de 50 ans et des mineurs. Un certificat de non contre-indication doit alors être produit, au moment de l’inscription à un saut.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *